Doorzoek volledige site
02 oktober 2018 | PHILIPPE SELKE

L'équipe chargée de sauver le Conservatoire de Bruxelles est connue

Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW
Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW
Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW
Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW
Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW
Illustratie | ORIGIN-A2RC-FVWW

L'équipe pour la restauration du Conservatoire royal de Bruxelles est à présent connue. Le marché a été attribué à l’association momentanée des bureaux d'architecture Origin, A2RC Architects  et FVWW. Beliris et ses partenaires se réjouissent aujourd’hui du lancement d’une nouvelle étape dans le projet de
restauration du Conservatoire de Bruxelles. Un pas énorme pour ce dossier ! Deux grands objectifs composent le socle du projet : restaurer et mettre en valeur un ensemble à haute valeur patrimoniale et répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs.

 

Le Conservatoire est un joyau architectural installé au coeur de Bruxelles. Son histoire et ses bâtiments néoclassiques, datant de 1872 et disposés autour d’une cour d’honneur, sont une oeuvre à la renommée internationale et nécessitent une profonde rénovation, dans le respect de l’architecture originale. Le site, classé dans sa quasi totalité, se compose de plusieurs entités : le bâtiment principal rue de la Régence, la bibliothèque et plusieurs maisons rue aux Laines.

 

Phase d'études

Au programme de ces études : des travaux structurels pour les différents bâtiments, la mise aux normes des installations, le renouvellement des installations électriques, de chauffage et de ventilation, la requalification des lieux pour plus de confort pour les utilisateurs, la restauration de la grande salle de concert et de ses équipements, la création d’une nouvelle salle de représentation pour la musique de chambre et d’une salle de répétition pouvant  accueillir un orchestre symphonique, l’aménagement de classes de cours et de master classes, la réorganisation des fonctions administratives au coeur du complexe, la restauration du plus grand instrument du Conservatoire, son orgue classique datant de 1880, la réorganisation des espaces intérieurs, la signalétique, l’accessibilité, la circulation dans les bâtiments, la création de loges d’artistes, l’aménagement paysager extérieur et son éclairage… Bref, tout ce qu'il faut pour redonner au Conservatoire son cachet et permettre aux étudiants de pouvoir se former dans les meilleures conditions.

 

Description du projet

Faire cohabiter Conservamus, Le Conservatoire royal, Het Koninklijk Conservatorium, une bibliothèque, une salle de répétition, une salle de concert et une salle de musique de chambre est un réel défi ! Le Conservatoire forme un ensemble, au coeur de la ville, où la culture musicale est préservée, produite et rendue publique.

Situé le long de la Rue de la Régence, le Conservatoire royal de Musique, de style néo-renaissance, a été conçu par l’architecte Jean-Pierre Cluysenaar. Construit entre 1872 et 1876, il se caractérisait par un plan symétrique. Lors de sa conception, l’architecte Cluysenaar attacha beaucoup d’importance à l’apport de lumière naturelle, l’acoustique et la circulation. De part les nombreuses transformations réalisées au cours du 20e siècle, le bâtiment a perdu partiellement de son lustre d’antan. De nouveaux volumes ont été bâtis et des entrées de lumière naturelle ont été bouchées, ce qui a assombri les espaces intérieurs.

L’espace non-bâti devient le liant de la nouvelle proposition architecturale. Un aménagement de jardins en pleine terre offre de la lumière et de l’air au site et permet de relier les différent bâtiments. Par la création d’une ‘rue’ intérieure, les architectes assurent une traversée maîtrisée depuis la Rue de la Régence jusqu’à la Rue aux Laines par-delà les différences de niveaux. Cette liaison assure une grande lisibilité du site et permet d’organiser clairement et efficacement les flux de circulation des différents utilisateurs et visiteurs. Dans le jardin, la présence d’un café renforce le caractère public du site.

L’ancrage du bâtiment monumental néo-renaissance de l’architecte Jean-Pierre Cluysenaar dans la Rue de la Régence est réaffirmé. Ses entrées sont utilisées pour en revitaliser le soubassement. Les hôtels particuliers de la Rue aux Laines conservent intégralement leur typologie et leurs entrées d’origine. A l’intérieur de ces maisons, il est prévu d’aménager les fonctions administratives ainsi que la « guesthouse » destinée aux professeurs invités.

Afin de mettre l’accent sur l’espace non-bâti, les architectes proposent de superposer les fonctions du nouveau programme. Les réserves de la bibliothèque sont organisées sur des niveaux enterrés. Au-dessus de la bibliothèque, les nouvelles classes de musique sont empilées. Le nouveau volume hors sol abritant les classes se déploie en hauteur et s’élève au-dessus du bâtiment Cluysenaar. Il exprime le nouvel élan du conservatoire.

Les classes ont une hauteur assez élevée afin d’assurer les temps de réverbération exigés. Un espace de circulation généreux serpente à travers le bâtiment et offre des lieux de rencontre informelle. Tant les espaces de circulation que les classes bénéficient d’un grand apport de lumière naturelle.

 

La grande salle de concert

La salle de concert conçue par l’architecte Cluysenaar est actuellement dans un état de dégradation avancé, aussi bien au niveau des finitions que des installations techniques. Le but de la restauration est donc de rendre à la salle son lustre d’antan et d’augmenter le confort des spectateurs et des musiciens. Une nouvelle ventilation, de même que de nouvelles installations techniques seront intégrées à la salle. Cette dernière répondra également à toutes les exigences en termes de sécurité d’incendie et ce, afin de pouvoir à nouveau réutiliser les balcons et augmenter la capacité de la salle.

 

Les nouvelles salles

La salle de musique de chambre est le pendant, plus petit, de la grande salle de concert. Visant une grande modularité d’emploi, tant acoustique que fonctionnelle, les architectes proposent de créer une tribune fixe en pente, ce qui permettra également d'utiliser la salle comme auditoire, et d’y intégrer dans son architecture des dispositifs de modulation acoustique. La salle de musique de chambre est reliée au foyer historique de l’architecte Cluysenaar. Celui-ci pourra à nouveau bénéficier de la lumière naturelle suite à la réouverture du patio originel aujourd’hui disparu.

La salle de répétition séparée est essentielle pour les répétitions des orchestres des grands ensembles. Cette salle ne comprend pas l’infrastructure nécessaire pour accueillir du public mais dispose d’une acoustique optimale pour la musique symphonique (/ensembles orchestraux). La hauteur de l’espace est essentielle pour assurer les qualités acoustiques désirées.

GERELATEERDE DOSSIERS