Doorzoek volledige site
21 september 2016 | TIM JANSSENS

Quand le toit se fait jardin : élégante maison avec touche verte

La forme particulière de la parcelle – un L avec la partie étroite à l’avant et un large espace à l’arrière – a énormément influencé l’implantation du nouveau volume.
La superficie de la toiture verte extensive réalisée en bacs précultivés Derbisedum Pack est de 50 mètres carrés.
Le choix de l’étanchéité sous la toiture végétale et la couverture de l’habitation en général furent confiés à Sanividak.
L’habitation se remarque au premier coup d’œil par ses façades en brique noire.

Comment maximaliser à la fois espaces de vie et superficie du jardin sur une singulière parcelle en L ? Avec sa sœur et son beau-frère (les maîtres d’ouvrage du projet), l’architecte Jonas Waerniers a trouvé une solution idéale à ce difficile problème d’espace. Le résultat : une élégante habitation contemporaine dans un cadre verdoyant.

 

Que faire quand on habite dans une habitation neuve avec un (trop) petit jardin, et que la maison voisine, ancienne mais située sur une parcelle beaucoup plus grande, est à vendre ? Les propriétaires de la maison neuve depuis seulement cinq ans n’ont pas hésité à s’adresser à leur (beau-) frère Jonas Waerniers, qui, en tant que jeune architecte, s’est alors lancé dans l’aventure. L’ancienne maison, qui bordait la limite arrière de la parcelle, fut démolie et remplacée par une nouvelle.

 

Implantation optimale

La forme particulière de la parcelle – un L avec la partie étroite à l’avant et un large espace à l’arrière – a énormément influencé l’implantation du nouveau volume, raconte l’architecte Waerniers : « Initialement, l’idée était de réaliser une habitation indépendante au milieu de la parcelle, mais cette piste fut abandonnée pour bénéficier d’un jardin le plus grand possible. Sur la partie étroite côté rue, nous avons construit un garage, jouxtant celui des voisins. Le volume à vivre, séparé du garage, est implanté plus profondément dans la parcelle, pour donner l’impression d’une maison individuelle à quatre façades – comme le souhaitaient les maîtres d’ouvrage. Le premier étage relie les deux volumes en contrebas.

 

Élégance et intimité

L’habitation se remarque au premier coup d’œil par ses façades en brique noire. La même impression d’élégance et de modernité domine à l’intérieur, sans qu’elle ne paraisse froide ou austère. « L’intérieur n’est pas trop lissé ou industriel de manière à exprimer une intimité familiale », commente Waerniers. « La salle à manger, le salon et la cuisine sont situés au rez-de-chaussée tout autour d’un noyau de services comprenant local technique, buanderie et sanitaires. Quand il brille, le soleil inonde donc bien les espaces de vie tout au long de la journée. »

 

Sensation de nature

L’étage abrite la chambre parentale avec dressing, deux chambres d’enfant, une salle de bains et un espace de bureau dans le prolongement du hall de nuit. Les prescriptions urbanistiques très strictes imposaient un retrait de cinq mètres pour l’étage par rapport au rez-de-chaussée. « Ce qui semblait au premier abord une contrainte a été transformé en atout », explique Waerniers. « Le toit des espaces de vie, qui dépasse sous les chambres, a été aménagé en toiture verte. Combiné à la vue sur le jardin et sur les arbres des voisins, il procure une sensation de nature, que nous avons encore renforcée en déployant les fenêtres des chambres du sol au plafond. »

 

Poursuivre la lecture de cet article sur le site de Belgian Building Magazine.

GERELATEERDE DOSSIERS