Doorzoek volledige site
14 augustus 2019 | MICHEL CHARLIER

Un immeuble de logements pour 'recoudre le tissu urbain'

Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni
Illustratie | Andrea Anoni

Fidèle à la vision architecturale qui avait guidé la création de l'Îlot Fontainas, le bureau d'architectes B612 associates s'est 'attaqué' à la conception d'un immeuble de logements passifs plus petit, mais toujours en vue de 'recoudre le tissu urbain' bruxellois. Le bâtiment Soignies, qui s'élève sur une surface à la géométrie complexe, se caractérise par sa proposition de murs en longueur et en éventail, permettant de recouvrir les mitoyens aveugles et dégradés et les cours intérieures peu avenantes, tout en garantissant un principe de deux logements traversants par niveau.

 

Le projet, comportant six logements (duplex et appartements) et un local d'association, se situe au sein de l’îlot Potiers, proche de la place Anneessens, un espace ouvert et déstructuré par la construction de deux immeubles de logements sociaux de type barre, les immeubles 'Potiers' I et II, appartenant au Logement Bruxellois. Lors de la conception du projet, le Logement Bruxellois envisageait que les abords arrières de l’immeuble 'Potiers II' et d’un nouvel immeuble rue de la Verdure deviennent des abords privatifs. Le contrat de quartier Notre-Dame au Rouge prévoyait par ailleurs que l’impasse de la Ferraille soit rénovée et prolongée pour se raccorder à la rue de Soignies.

Parti architectural

Le projet pouvait paraître complexe : « Le contexte architectural était marqué par la rupture de continuité et d’échelle générée par la présence du complexe de logements 'Potiers'. Le contexte architectural proche était également marqué par la présence de mitoyens aveugles et dégradés, ainsi que par la vue sur les cours intérieures peu avenantes d'un logement existant. » Ajoutez à cela la complexité de la géométrie de la parcelle et de son orientation (large façade Nord sur la rue de Soignies, façade Ouest en longueur le long du vis-à-vis élevé des 'Potiers' et façade étroite au Sud, qui offre à la fois la vue la plus dégagée et la meilleure zone d’ensoleillement de la parcelle). Mais ces complexités n'ont pas freiné l'envie des architectes : « L’analyse du site et de la parcelle nous a conduit à prendre un parti architectural », explique-t-on chez B612 associates. « celui de l’implantation de murs en longueur et en éventail, qui permettent à la fois de recouvrir les murs mitoyens et les cours intérieures, de longer le complexe 'Potiers' sans devoir s’y ouvrir exagérément, et de disposer un principe de deux logements par niveau, tous traversants, en longueur et s’ouvrant principalement au Sud-Ouest vers les abords privatifs en intérieur d’îlot et au Nord-Est vers la rue de Soignies. »

Recoudre et reconstituer le tissu urbain

« Cette implantation vise à achever et à recoudre l’îlot ouvert ainsi qu'à réaliser la transition de l’îlot vers la barre de logements voisine par les murs de l’éventail qui s’effeuillent pour s’achever parallèlement à la géométrie de la barre. Le projet propose également une reconstitution du tissu urbain de la rue de Soignies par un alignement clair du front bâti et par la disposition des entrées des logements et du local d’association rue de Soignies. »  L’implantation du projet permet également de libérer l’angle de la parcelle en intérieur d’îlot et de le verduriser, de manière à décongestionner et à aérer l’espace entre la parcelle et la barre de logement en vis-à-vis, mis en difficulté par la proximité et la proportion de la barre. Cette libération de l’angle, conjuguée à la disposition du local associatif, permettra d’améliorer la qualité de vie de la parcelle, de la barre de logement, et de l’espace de l’impasse prolongé.

Optimisation des vues dégagées

La configuration en longueur de deux logements par niveau a été guidée par la volonté d’offrir à chacun des six logements une lumière et un ensoleillement naturel et direct ainsi qu’une vue dégagée, tout en évitant les problèmes d’intimité pour les espaces de séjour. « Les niveaux inférieurs s’avancent plus loin côté Sud pour rechercher la lumière, tandis que les niveaux supérieurs, dès lors qu’ils dépassent la hauteur des voisins de l’impasse de la Ferraille et bénéficient de la sorte de l’ensoleillement déjà plus en retrait, s’alignent finalement sur les façades arrières de la rue de Soignies. La configuration de chacun des logements traversants est simple, agréable et rationnelle: les espaces de séjour s’ouvrent tous au Sud-ouest, les sanitaires se concentrent au centre du bâtiment, et les chambres s’orientent au Nord-est, bénéficiant de l’ensoleillement du matin et de la vue sur un contexte urbain traditionnel de logement rue de Soignies. Cette organisation rationnelle, avec la superposition des pièces de même occupation, est intéressante tant d’un point de vue économique que du point de vue de la qualité de vie et de l’acoustique. Les façades orientées vers le bâtiment 'Potiers' sont traitées comme un écran ou un filtre. Cela permettra de créer une intimité pour les terrasses du nouveau bâtiment, préservera l’intimité du bâtiment 'Potiers' et créera pour celui-ci un vis-à-vis expressif et agréable, au même titre que la végétation prévue en toiture verte pour le bâtiment. »

Conception environnementale

Une réflexion transversale a été portée dans le projet pour intégrer différents enjeux de durabilité, tels que la basse énergie et l’éco-construction, dans une démarche ambitieuse en terme de qualité architecturale, technique, constructive et environnementale. « Les objectifs qui nous ont guidé dans le choix des techniques sont d’atteindre une simplicité d’utilisation et d’entretien, un confort de l’utilisateur et une conception durable, le tout avec des logements passifs < 15 kWh/m²a », conclut-on chez B612 associates.