Doorzoek volledige site
15 april 2019

Une école 100% durable construite en matériaux biosourcés

Illustratie | Voix du Nord

Il y a quelques mois, le tout nouveau complexe scolaire Jules-Ferry à Aulnoy-lez-Valenciennes (France) a remporté le premier prix du concours transfrontalier des bâtiments biosourcés, organisé par le CD2E, un organisme 'accélérateur de l'éco-transition'.

 

Jean-Luc Collet, architecte du projet : « La reconnaissance d’architectures utilisant des matériaux biosourcés permet de valoriser auprès du grand public et des donneurs d’ordres les nouvelles démarches dont la transition écologique a fortement besoin. Dans le cadre du groupe scolaire Jules-Ferry, celle-ci entraîne un ensemble d’innovations énergétiques traitant de la qualité de l’air intérieur des locaux et du confort thermique à partir de ressources naturelles renouvelables, en passant par une maintenance simplifiée durable. C’est une vitrine des technologies et savoir-faire qu’il est désormais nécessaire d’intégrer comme réponses techniques potentielles acceptées dans les appels d’offres afin de les pérenniser dans la commande publique et privée. »

Matériaux biosourcés et énergies naturelles

Les réhabilitations, reconstructions et extensions neuves ont permis d’augmenter la compacité thermique des corps de bâtiments et d’apporter des réponses sur les énergies grises en réhabilitant les bâtiments existants et en construisant en matériaux biosourcés (paille, lin, chanvre, bois, terre crue, argile). Le nouvel édifice valorise aussi les énergies naturelles par des mises en œuvre architecturales et technologiques douces : parois verticales et versants de toiture en caissons bois paille, vitrages climatiques et acoustiques, ventilation naturelle, capteurs solaires aérothermiques, chauffage de valorisation, rafraîchissement naturel, traitement des eaux pluviales…

Laurent Depagne, maire d'Aulnoy : « Le premier prix à ce concours est une véritable reconnaissance car je rappelle que nous étions en lice avec 16 autres projets (Hauts de France, Grand Est et Belgique). Cette reconnaissance s’articule sur divers points : capacité pour notre ville de 7 500 habitants d’agir en faveur de la transition et des initiatives écologiques et de porter un projet innovant de 10 millions d’euros sans hausse d’impôt, mais aussi rayonnement géographique puisque notre école porte désormais un projet inspirant au niveau du territoire ainsi qu’au niveau national et européen. Aucun bâtiment jusqu’à présent n’avait utilisé autant de ballots de paille (11 500) pour son isolation. »