La vérité sur l’imitation artificielle de l’ardoise pour toiture

Pour Cupa Pizarras, le Docteur en Géologie et expert indépendant de l'ardoise naturelle Víctor Cárdenes Van den Eynde dévoile les grandes différences entre ardoise naturelle et ses nombreuses imitations utilisées pour le recouvrement de toitures. ujourd’hui, il est possible de trouver des bardeaux en « ardoise » artificielle ou synthétique, généralement constitués d’asphalte, de caoutchouc, de plastique… Bref, de tout sauf de pierre. Bien entendu, les entreprises qui vendent ces produits ont le droit de le faire, et vous pouvez tout à fait décider d’installer ces matériaux sur votre maison. Pour clairifier la situation, petit coup de projecteur sur certains importants.

 

Terminologie

Une ardoise est une roche que l’Union internationale des sciences géologiques définit de la manière suivante :  « Une roche schisteuse, fissile et ultrafine ou très finement granuleuse. Le degré de métamorphisme de l’ardoise peut être faible, même s’il est généralement très faible. » Les imitations artificielles sont comme un vin non alcoolisé ou des œufs synthétiques : elle ressemble au produit original et en imite certaines des propriétés. Alors, si vous voulez boire du vin sans alcool ou manger des œufs synthétiques, il n’y a aucun problème tant que vous savez que vous consommez un substitut.

Nous connaissons tous l’aspect et le goût du vrai vin (sauf si vous n’avez pas encore l’âge légal d’en boire ou ne buvez pas, bien sûr), donc nous savons faire la différence entre l’authentique et l’imitation. En revanche, il n’en va pas de même pour l’ardoise synthétique, à moins que vous n’ayez de l’expérience en la matière. 

Peut-être pensez-vous que l’ardoise est juste quelque chose que l’on pose sur son toit (ou avec laquelle on écrit), quelle qu’en soit la provenance. Vous vous dites qu’une imitation synthétique n’est qu’un type d’ardoise parmi d’autres. Pourtant, il s’agit d’une tromperie subtile due à une utilisation incorrecte de la terminologie. De plus, si vous optez pour une imitation synthétique, le monde réel se chargera de vous montrer l’importance de la durabilité dans quelques années. 



Durée de vie

Ou la durée de vie utile, et la réponse à la question « Combien de temps est-ce que cela va durer ? » Comme dans le conte des trois petits cochons, si vous utilisez des matériaux bon marché pour construire votre maison, ne vous plaignez pas si le loup (ou des pluies torrentielles) fait s’effondrer votre toit. La durée de vie utile de l’ardoise pour toiture authentique n’a rien à voir avec celle de d’une imitation artificielle. La première peut durer plusieurs centaines d’années si l’installation (et la qualité) est optimale. Une toiture en ardoise tient facilement plus de 80 ans, et il n’est pas rare qu’elle dépasse l’âge de cent ans.

À l’inverse, les toitures en imitation synthétique ont une courte durée de vie en raison des conditions extrêmes auxquelles le toit est exposé. Réfléchissez : le toit subit la chaleur du rayonnement solaire direct, le froid de la nuit, les impacts de grêlons, la pluie, le vent, les agressions chimiques dans les environnements urbains, les tempêtes, les chutes de branches et, si vous vivez au Japon, les attaques régulières de Godzilla.

Alors que l’ardoise n’est que peu (voire pas du tout) affectée par ces influences, le plastique a un comportement différent, surtout pour ce qui est des fluctuations de température. Il n’est pas rare que les toitures en imitation artificielle se déforment au bout de quelques années en raison de ces changements de température constants. D’où l’importance d’avoir un matériau durable au-dessus de vos têtes. La durabilité est avantageuse pour vous, pour votre portefeuille et pour l’environnement.

 

Pérennité

Ou comment puis-je réduire mon empreinte carbone ? L’ardoise pour toiture est le matériau de revêtement le plus pérenne qui soit (quoique, le chaume est aussi très durable me semble-t-il…). Plusieurs études ont comparé les émissions de carbone pendant la production, le transport et l’installation de matériaux de toiture (voir ci-dessous), et l’ardoise est toujours arrivée en tête en termes de pérennité. Pourquoi ? En raison de son mode de production.

L’ardoise pour toiture est une roche naturelle qui ne nécessite pas de traitement en profondeur pour être transformée en matériau de toiture. Il suffit de fractionner et tailler les feuillets. À l’inverse, d’autres matériaux (fibrociment, béton, aluminium, imitation artificielle…) ont besoin de fours qui rejettent des quantités considérables de carbone dans l’atmosphère, et ce, après le processus d’obtention de la matière première.

Les émissions liées au transport peuvent être légèrement supérieures à celles d’autres matériaux, car les affleurements d’ardoise pour toiture sont assez rares et les distances parfois importantes. Cependant, elles sont largement compensées par les très faibles émissions liées à la production. L’ardoise naturelle pour toiture génère donc moins d’émissions de carbone que les autres matériaux. Qui plus est, vous pouvez même utiliser la chaleur d’un toit en ardoise pour obtenir de l’eau chaude à usage domestique (avec des solutions comme Thermoslate) !

 

Source: Cupa Pizarras

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage