La riothermie, vous connaissez ?

A l'heure où se chauffer devient impayable pour beaucoup, certains innovent en allant chercher à bon compte la chaleur là où elle se trouve : dans les égoûts. VIVAQUA a ainsi mis au point un échangeur de chaleur à un coût réduit grâce au choix d’un matériau bon marché. Installé lors de la rénovation des égouts, ce dispositif permet de chauffer les bâtiments en hiver et de fournir du conditionnement d’air en été.

La commune d’Uccle avait déjà  misé sur cette technologie pour son futur centre administratif situé rue de Stalle. Les échangeurs de chaleur placés par VIVAQUA fourniront jusqu’à 25 % des besoins en matière de refroidissement et de chauffage du bâtiment, ce qui permettra de réduire de 40 à 60 tonnes ses émissions annuelles de CO2.

C'est à présent autour de Bruxelles-Ville de choisir cette technologie simple mais efficace pour climatiser Brucity, son centre administratif.  Benoit Hellings, échevin bruxellois du climat : « 3000 personnes vont travailler ici avec beaucoup d’ordinateurs. Il fallait trouver une solution écologique pour le refroidir, surtout en été lorsque la chaleur risque de monter derrière les triples vitrages. Avec Vivaqua, nous avons donc opté pour un système innovant et bon marché. Il consiste à rafraîchir le bâtiment par des plafonds refroidis grâce à l’eau des égouts et non grâce à des climatiseurs très gourmands en énergie. »

Olivier Broers, responsable des études et des investissements chez Vivaqua. « La base de tout : c’est placer des échangeurs dans l’eau des égouts. Ce bâtiment de 37.000 mètres carrés est comparable à un énorme frigo. Et plutôt que d’avoir de la dissipation de chaleur derrière le frigo par un maillage d’échangeurs, nous avons décidé de placer ces échangeurs dans le réseau d’égouts dont la température est beaucoup plus appropriée pour dissiper cette chaleur-là. » Selon les premières estimations, 87% des besoins de refroidissement du complexe devraient être remplis par ce système.

Comme quoi, quand on est dans le besoin, on revient aux « basics ».

Source: RTBF

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage